Compte rendu a réunion tenue le vendredi 26 avril avec la SNCF de Saint Lazare.

 

La direction Transilien SNCF indique que les quais d’Asnières et Bécon sont tout aussi remplis que ceux de beaucoup d’autres gares Transilien et que ce phénomène pourrait être réduit si les usagers s’étalaient mieux sur le quai, s’appuyant sur des photos prises mercredi 24 avril.

Les membres de l’association indiquent que :

  • Les photos montrent un quai d’Asnières très rempli, sachant qu’il y a un peu moins de monde le mercredi que les autres jours et que, ce mercredi 24, les trains ont circulé à l’heure sans accroc. La bande de 10 mètres où il y a moins de passagers correspond à l’arrivée de l’escalier, il y a peu de monde posté ici car c’est une zone de circulation. Un meilleur étalement des usagers est possible en direction de St Lazare car une majorité d’usagers se met dans les 1ers wagons pour sortir plus rapidement à St Lazare. Ce n’est pas le cas dans l’autre sens où toutes les voitures des trains omnibus sont pleines, notamment car il y a des sorties (trop étroites) tout le long du quai à La Défense.
  • la saturation de la Ligne L2 ne peut être comparée aux autres lignes compte tenu des spécificités de chacune d’elles. La particularité de la Ligne L2 étant l’inéquité de sa grille horaire qui est par ailleurs dérogatoire.
  • La fréquentation des quais a légèrement baissé dans les jours qui ont suivi les perturbations des dernières semaines certains usagers découragés ayant opté pour d’autres alternatives telles que les bus (alors qu'on y met 15 fois moins de monde), la voiture, le scooter.

Concernant le nombre d’usagers transitant par les gares d’Asnières et Bécon, la mairie d’Asnières demande si l’absence de CAB, Contrôle Automatique des Billets, ne génère pas une sous estimation des flux à Asnières et Bécon.

La SNCF indique qu’elle et le STIF réalisent des comptages tous les trois ans environ.

Pour désengorger les quais aux heures les plus chargées, la direction Transilien a proposé l’idée de communiquer auprès des usagers pour qu’ils prennent les trains plus matinaux (7h54, 8h09...) qui sont moins remplis.

L’association indique que :

  • Parmi  les usagers de la tranche horaire 8h 30 9h 00 il y a notamment les parents qui déposent leur enfants à l’école/crèche et que cette proposition leur est donc malheureusement pas toujours possible.
  • C’est une idée exploitable par certains usagers, mais il faudrait aussi permettre aux usagers de partir plus tard, par exemple à Asnières où il n’y a plus de direct La Défense après 8h54.
  • La saturation des quais concernent en effet aussi d'autres gares de la ligne L, comme Garches ou Sevrés Ville d'Avray où les usagers nous remontent des situations similaires à cause de trains de pointe souvent annulés, notamment le matin.
  • Mesures d’amélioration des dessertes et de l’exploitation à court terme (a priori sans modification lourde nécessitant études longues et accord du STIF):

Agenda: Renforcement des dessertes vers La Défense et sans correspondance pour Clichy/Levallois, Asnières en période de pointe et hors période de pointe et notamment une desserte au-delà de 8 h 54 et 19h29 pour la gare d’Asnières pour ce qui concerne les périodes de pointe.

Desserte le week-end compte tenu de l’activité commerciale et loisir de La Défense. Rajout du train Versailles Paris supprimé le matin à 8 :15.

La direction Transilien SNCF indique avoir reçu jeudi 25 Avril  une commande du STIF pour mener des études de faisabilité afin d’améliorer la desserte d’Asnières  vers la Défense et de rendre l’exploitation plus robuste. L’association se félicite de cette avancée, ayant compris lors de la réunion précédente qu’il s’agissait d’une étape nécessaire pour avancer.

La direction Transilien indique que, par rapport aux demandes de l’association qui ne sont pas toutes reprises dans la commande du STIF, les études devraient se dérouler en deux phases  (après validation par le STIF)   :

  • une première phase porterait sur la modification du plan de transport et l'aménagement de la grille horaire de la ligne afin de permettre l’amélioration de la desserte d’Asnières vers la Défense en semaine et le samedi. Si les études aboutissent favorablement (c'est-à-dire modification du plan de transport sans dégrader la robustesse d’exploitation), alors la nouvelle desserte serait mise en oeuvre en décembre 2014.
  • Une seconde phase (non demandée par le STIF à ce jour) porterait sur une refonte complète de l’exploitation de cette ligne, en revoyant toutes les dessertes (notamment l’étude d’arrets à Clichy Levallois) et toute la grille horaire. Le délai de mise en oeuvre n’a pas été indiqué. Il s’agit d’un chantier en profondeur nécessitant une étude industrielle avec RFF pour une refonte complète de la grille. L’objectif est d’étudier les évolutions de dessertes de la ligne L2, en améliorant sa robustesse d’exploitation et en prenant en compte l’exhaustivité des contraintes, notamment les effets directs et indirects sur les autres composantes de la Ligne  L. Au préalable, des travaux itératifs devront être menés dans les prochains mois avec le STIF et RFF afin d’établir le cahier des charges détaillé nécessaire à la conception de la nouvelle grille horaire.

L’association met en avant les problèmes lourds que génèrent les dessertes actuelles de la L2 pour ses usagers,  notamment :

  • la Gare de Clichy/Levallois qui n’est pas desservie par des directs la Défense,
  • les Gares d’Asnières, Bécon et Courbevoie qui sont très mal desservies,
  • et l'ensemble des gares de la ligne L au nord et au sud de la Défense, où l’exploitation est bien trop souvent perturbée (avis partagé sur les statistiques de retards et annulations très mauvais de ces derniers mois).

L’association indique que les délais d’amélioration proposés ne sont vraiment pas en ligne avec les problèmes supportés au quotidien et qu’il y a urgence à sécuriser les quais d’Asnières et de Bécon. Elle indique qu’il est inconcevable de laisser les usagers et les agents d’exploitation de la ligne L2 dans les conditions chaotiques qu’ils subissent actuellement, pour les 18/24 prochains mois.


L’association souhaiterait que des mesures d’urgence permettant de stabiliser l’exploitation actuelle soient prises, notamment que des arrêts supplémentaires en fin de pointe du matin et de pointe du soir soient réalisés au plus vite, c’est à dire dans un délai de trois mois, au plus tard pour la rentrée de septembre 2013.  

La Direction Transilien rappelle le calendrier d'étude évoqué ci-dessus : une évolution de la desserte ne sera possible qu'en décembre 2014 au plus tôt.

L’association indique que les problèmes récurrents de la Ligne L2 mettent l’exploitation en perpétuel arbitrage ou gestion de crise et qu’il serait pertinent de mettre en œuvre des mesures permettant d’arrêter cette spirale infernale car tout le monde en souffre : usagers et exploitant. Elle rappelle que la SNCF a été capable de réaliser des arrêts supplémentaires lors des épisodes du 12 mars (neige) et de début avril (grève).

La direction Transilien précise  que le positionnement horaire de la pointe n’est pas parfaitement adapté aux besoins de la clientèle travaillant à La Défense et que les travaux à venir (première phase évoquée ci-dessus)permettront les nécessaires adaptations.

L’association demande par ailleurs que, lorsqu’un train omnibus est supprimé, le direct suivant desserve les gares par équité et pour décongestionner les quais.

La SNCF indique que cela perturbe/retarde d'autres trains.

L’association indique qu’il faut raisonner en termes d’usagers et non de trains supprimés, et qu’il vaut mieux deux trains retardés de 5-6 minutes qu’un train très chargé supprimé. Elle précise également qu’elle se questionne sur la pertinence des indicateurs actuelle de bonus/malus du STIF, craignant des effets pervers dans l’exploitation de la Ligne L2.

Ont été par ailleurs discutés : la nécessité de desservir le pôle de la Défense depuis toutes les gares de la Ligne L , au nord ou au sud de cette dernière, le week end et notamment le dimanche (les centres commerciaux de la Défense sont ouverts le dimanche).

  • Mesures d’amélioration des dessertes et de l’exploitation à moyen terme Agenda (avec intervention du STIF – application fin d’année 2013) et à plus long terme (investissements pour améliorer les conditions d’exploitation)

Abordé avec l’item précédent. La nécessité d’investissements sur les infrastructures et le matériel n’a pas été abordée, elle pourra l'être lors de notre prochaine réunion, en juin.

  • Exploitation en période de crise (neige, grève, etc.) :

Agenda: Quelles actions pérennes sont envisagées au regard des différentes situations très dégradées que nous avons vécues sur T1 2013 ? Ces derniers jours par exemple, il n’était pas normal qu’il y ait aucun train omnibus en plein pointe du soir entre 18 :30 et 19 :28 de la Défense vers Courbevoie/Bécon/Asnières alors qu’il y a 5 trains sans arrêt qui passent. Nous ne devrions pas avoir à quémander des arrêts complémentaires indispensables pour nos gares à chaque situation perturbée.

Nous souhaiterions que :

  1. tous les trains soient rendus omnibus en cas de problème lourd sur la ligne (grève, etc.), pour transporter le plus grand nombre.
  2. compte tenudanger généré sur les quais du fait des retards/annulations de trains, il y ait une véritable gestion de crise et des solutions/actions alternatives de déployées lorsque les plans de crise ne se déroulent pas comme prévus…

Quelle est votre position sur ces deux points ?

 

Abordé en partie avec l’item précédent.

L’association demande que la grille horaire soit revue lors des situations perturbées prévisibles (type grève) pour que tous les trains soient mis omnibus. La direction SNCF indique que cela demande une étude de grille horaire qui pourra être envisagée en même temps que la première phase évoquée ci-dessus. Elle rappelle que cette étude demande la mise à disposition de ressources spécifiques, or ses équipes d’étude sont très occupées par les dessertes en période de travaux et n’ont pas la capacité de travailler sur ce sujet. Sur la gestion des situations de crise, la direction SNCF propose des solutions telle qu’indiquer aux usagers de mieux s’étaler sur le quai. L’association indique que le mieux pour désaturer est d'arrêter plus de trains.

  • Les statistiques d’exploitation:

Agenda: afin d’échanger sur des bases factuelles, pourriez-vous nous faire parvenir vos indicateurs de régularité pour le premier trimestre 2013 : nous souhaiterions disposer du détail des retards et annulations pour les trains omnibus et non omnibus de la ligne L2.

La Direction Transilien St Lazare ne peut pas communiquer aux usagers, élus ou associations d’usagers des données statistiques de ponctualité/régularité plus précises que les données moyennées fournies tous les mois. L’association regrette cette position alors que la SNCF dispose de données très précises et quotidiennes. Elle estime que la communication de ces données détaillées va dans le sens d’une plus grande transparence pour un service public de ce type et permettrait aux élus de mieux appréhender les problématiques de transport de leurs administrés. La mairie d’Asnières partage cet avis.

  • Prochaines étapes :

 

Une nouvelle réunion Transilien St Lazare - Mairie d’Asnières - Association Plus de Trains est prévue le 28 juin. D’ici là une réunion est prévue le 13 juin à la mairie de Courbevoie entre M. Bonnepart, M. Kossowski et l’association Plus de Trains. Et la SNCF propose d'organiser une visite du Centre Opérationnel Transilien St. Lazare pour l'association, en heure de pointe si possible.

 

 

login